Français langue et Culture


Aller au contenu

Menu principal:


paroles rapportées : les styles direct,indirect et indirect libre

fiches d'orthographe et de grammaire

Les paroles rapportées
Style direct, indirect, indirect libre
Les subordonnées du style indirect

 
Observons
 La transposition des paroles ou des pensées rapportées implique diverses modifications.
- elle se demanda : «viendra-t-il demain ? » (STYLE DIRECT)
- elle se demanda s’’il viendrait le lendemain. (STYLE INDIRECT)
- elle interrompit ses pensées et continua à marcher. Viendrait-il le lendemain ? (STYLE INDIRECT LIBRE)

STYLE DIRECT
Les paroles d'un personnage sont fidèlement rapportées :

  • On utilise donc la ponctuation du dialogue ( : « -)
  • On conserve les temps verbaux utilisés par le personnage dont on rapporte les propos.
  • On garde également les personnes, les marques de lieu et de temps qu'il avait choisies.
  • Enfin, on conserve toutes les caractéristiques vivantes du langage oral : apostrophe, interjection, exclamation...

Exemple : elle se demanda : «viendra-t-il demain ? »
STYLE INDIRECT

  • Les paroles d'un personnage sont intégrées dans le récit, dans une proposition subordonnée.
  • La ponctuation du discours direct disparaît donc (« - ?!).
  • Toutes les phrases deviennent déclaratives.
  • Les temps verbaux deviennent ceux du récit, en respectant les règles de concordance des temps.
  • Les marques de personnes grammaticales (adjectifs possessifs, pronoms personnels, pronoms possessifs) dépendent de celui qui rapporte les paroles.
  • Les marques de temps et de lieu sont modifiées.
  • Les caractéristiques du langage oral disparaissent.

Exemple : elle se demanda s’’il viendrait le lendemain.

voir un tableau résumé, cliquer ici 


Concordance des temps
Si le verbe introducteur est au passé (passé composé, passé simple, imparfait, plus-que-parfait, passé antérieur) la concordance des temps doit être appliquée.

STYLE DIRECT _______________ STYLE INDIRECT
Présent ________________________imparfait
Passé composé_________________ Plus-que-parfait
Futur simple____________________ Conditionnel présent
Futur antérieur___________________Conditionnel passé
Impératif________________________Infinitif (ou subjonctif)
Présent du Subjonctif _____________ Imparfait du subjonctif
Passé  du subjonctif_______________ Plus-que-parfait du subjonctif


voir le tableau synthétique, cliquer ici


Les subordonnées du style indirect

  • La subordonnée complétive

Lorsqu'on a transformé une phrase déclarative ou exclamative, on obtient une subordonnée complétive COD du verbe introducteur.
Exemple : Il disait : « Je te recontacterai demain »
Il disait
qu'il le recontacterait le lendemain.
    Complétive — COD du verbe « dire »
 
Il cria: «Je ne veux pas ! »
Il cria
qu'il ne voulait pas.
Complétive - COD du verbe «crier»
 
La subordonnée interrogative indirecte

  • Lorsqu'on a transformé une phrase interrogative, on obtient une subordonnée interrogative indirecte, COD du verbe introducteur (ce verbe exprimant obligatoirement une interrogation ou une ignorance).

Exemple : Il lui demanda : « viendras-tu demain ? »
Il lui demanda
s’il viendrait le lendemain.
interrogative indirecte COD du verbe « demander »

  • L'interrogative indirecte est toujours COD.
  • L'interrogative indirecte ne comporte plus aucune des marques de l'interrogation directe (pas d'inversion du sujet, pas de locution « est-ce que », pas de point d'interrogation).

Le style indirect libre

  •  Pour faire part au lecteur des paroles ou des pensées d’un personnage, le narrateur peut choisir de les intégrer dans la narration : c’est le style indirect libre.


  •  Le style indirect libre se caractérise par :

– l’absence de verbe de parole et de subordination ;
– l’emploi, comme dans le style indirect, des pronoms personnels, des temps verbaux et des compléments de temps et de lieu coupés de la situation d’énonciation.
Exemple : Il les jugeait des ânes. […] Le matin il sortirait.

  • Mais, comme le style direct, il conserve :

– les tournures orales employées par le personnage ;
Exemple : Certes, il valait autant qu’eux, sinon mieux.
– la ponctuation et les types de phrase expressifs.
Exemple : Combien de médecins étaient devenus millionnaires en peu de temps !



Revenir au contenu | Revenir au menu